• éditions filigranes

    Au tout début du projet, j'avais contacté les emblématiques éditions de photographies de Patrick Le Bescont. Dans la fraîcheur des débuts, j'avais trouvé sa réponse décevante :

    De : Patrick Le Bescont <filigranes@filigranes.com> </filigranes@filigranes.com>
    <filigranes@filigranes.com>À: Grand valérie <valeriegrand@gmail.com></valeriegrand@gmail.com></filigranes@filigranes.com>
    <filigranes@filigranes.com><valeriegrand@gmail.com>Date : 1 sept. 2005 16:24</valeriegrand@gmail.com></filigranes@filigranes.com>
    <filigranes@filigranes.com><valeriegrand@gmail.com>Objet : Filigranes</valeriegrand@gmail.com></filigranes@filigranes.com>
    <filigranes@filigranes.com><valeriegrand@gmail.com>Répondre | Répondre à tous | Transférer | Imprimer | Ajouter l'expéditeur à la liste de contacts | Supprimer ce message | Signaler comme phishing | Afficher l'original | Texte du message indéchiffrable ?</valeriegrand@gmail.com></filigranes@filigranes.com>
    <filigranes@filigranes.com><valeriegrand@gmail.com>Bonjour,</valeriegrand@gmail.com></filigranes@filigranes.com>

    Merci pour votre mail.
    Pour l'instant il m'est difficile de prendre des engagements sur de nouveaux projets (de façon général) Filigranes est vraiment une micro structure (étant seul à m'en occuper) et il y a déjà beaucoup de projets d'engager...
    Cela dit je suis ouvert aux propositions, votre projet semble intéressant d'autant plus que nous avons déjà travaillé avec Paul-Armand Gette.
    Mais aujourd'hui je suis confronté à des choix, tous les jours on me propose des projets... Comme le contexte de l'édition est très difficile actuellement, la tendance va au ralentissement...
    Je pense que vous en savez quelque chose...

    Pour un rendez-vous ça ne sera pas vraiment possible avant début novembre, car j'ai une dizaine de titres en préparation pour cet automne.

    Je suis désolé de vous répondre de cette façon...

    Bien cordialement

    Patrick Le Bescont

    J'étais vraiment dépitée. Pourtant au regard d'autres réponses parvenues depuis...

    J'ai quand même prit l'éditeur au mot. Aussi tête de bois que moi-même, il m'a reçu pour novembre. L'entretien d'une bonne heure avec un verre d'eau fut tout à fait courtois. Hélas, il ne m'a que confirmé son impossibilité à couvrir tous les manquements économiques du monde de l'édition française. Il avait déjà bien assez à batailler avec les projets en cours. Déjà, P-A Gette était dans son catalogue. De plus, il venait de publier un travail de portrait photographique sur un artiste. Dans un tel contexte, Maintenant ou plus tard, le motivait moyennement.

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :